Catégories
Drones & Tech

Grand plaisir de la réglementation sur le Bayou – sUAS News

Qui n'aime pas la sécurité, la transparence et / ou l'équité? Comme nous le savons tous, n'importe lequel de ces concepts pourrait très bien être mon deuxième prénom. Ici, j'essayais de me débarrasser de la chaleur de l'été et j'ai commencé à penser à un magnifique glacier frais. L'association m'a immédiatement fait penser à la réglementation de la FAA, et donc, cette pétition en est le résultat.

Au cas où vous vous poseriez la question, je n'ai pas encore reçu les 473 000 $ et la monnaie nécessaire pour lancer le nouvel effort de plaidoyer pour le reste d'entre nous. Cependant, j'ai senti qu'il m'incombait de faire savoir à la FAA que les masses non lavées (alias les détenteurs de sacs) sont toujours là en train de penser à elles et à tout le travail acharné et altruiste qu'elles font pour le peuple américain. C'est donc dans un esprit de progrès que je fais ce que je peux pour aider à faire bouger l'ancienne calotte glaciaire en exécutant des règles sur le mât du drapeau.

Maintenant, si ce qui suit vous semble quelque chose que vous pouvez soutenir, je vous encourage à rendre vos commentaires publics.

La pétition se lit comme suit:

I. Traitez les pilotes à distance comme des pilotes habités

14 CFR Section 91.25 dit: «L'administrateur de la FAA n'utilisera pas les rapports soumis à la National Aeronautics and Space Administration dans le cadre du programme de rapports de sécurité aérienne (ou les informations qui en découlent) dans toute mesure d'application, à l'exception des informations concernant des accidents ou des infractions pénales qui sont entièrement exclus du programme. »

Pourtant, il n'y a rien de tel dans la partie 107 qui protège les pilotes à distance. C'est au caprice des avocats chargés de l'application de la loi de la FAA de choisir de respecter l'esprit derrière le programme de rapports de sécurité aérienne. La FAA devrait choisir d'adopter le langage ci-dessous afin que les pilotes à distance soient aussi protégés que les pilotes d'aéronefs habités opérant en vertu de la partie 91.

II. Sécurité, transparence et équité

Avec la croissance des aéronefs sans pilote est venue la croissance d'une petite industrie artisanale de personnes aidant les gens à naviguer dans le labyrinthe alambiqué de réglementations. Certains de ces consultants sont d'anciens employés de la FAA qui aident les particuliers à déposer des demandes de certificats d'autorisation, des demandes de certificats de renonciation ou des demandes d'exemption.

Les anciens employés de la FAA rejoignent également des entreprises, des conseils d'administration ou des cabinets d'avocats. Voir l'ancien administrateur de la FAA Michael Huerta rejoindre le conseil consultatif de Parazero, ancien
James «Jim» Williams, directeur de la FAA du bureau d'intégration des aéronefs sans pilote, rejoint le cabinet d'avocats Dentons, ancien responsable des normes de vol John McGraw qui a participé aux demandes d'exemption. La FAA a également embauché de plus en plus d'entrepreneurs qui ont accès à des informations confidentielles. Ces sous-traitants, comme les employés de la FAA, créent également des problèmes dans la mesure où ils pourraient examiner les documents exclusifs et les transmettre ensuite au secteur privé.

Cette pétition soulève une fois de plus les problèmes soulevés par la FAA dans les précédentes restrictions réglementaires imposées aux exploitants employant d'anciens inspecteurs de la sécurité aérienne du Service des normes de vol. «La FAA estime que la sécurité aérienne pourrait être compromise si un ancien ASI AFS, agissant au nom de l'exploitant, était en mesure d'exercer une influence indue sur les employés actuels de la FAA avec lesquels il avait établi des relations de travail étroites tout en travaillant dans un FSDO ou un CMO. » De même, ici, il y a le potentiel pour ceux qui
La FAA doit laisser au secteur privé et exercer une influence indue sur les employés et les entrepreneurs qui examinent les demandes d'exemption ou les demandes de certificats d'exemption ou d'autorisation en vertu de la partie 107.

Il est dans l'intérêt de la sécurité, de la transparence et de l'équité d'empêcher les employés et les sous-traitants de la FAA de quitter leur travail et de se rendre dans le secteur privé et d'accomplir des travaux de l'autre côté sans période de «réflexion». De nombreuses entreprises ont été extrêmement endommagées par les processus compliqués, vagues et cryptiques que la FAA a mis en place. Il y a une incitation à garder les choses difficiles au profit des employés ou des entrepreneurs de la FAA qui prévoient de quitter le navire parce qu'ils peuvent aider leur nouvel employeur ou leurs clients, tandis que ceux du grand public sont laissés à s'interroger dans l'obscurité réglementaire, sans l'aide des employés de la FAA et entrepreneurs, alors que les entreprises font faillite.

Il n'est pas hors de portée de l'imagination de voir comment ceux qui se trouvent à l'intérieur de la FAA pourraient bénéficier d'une fuite d'informations à ceux qui sont à l'extérieur afin de générer de la bonne volonté et de réussir à trouver un nouvel emploi avec ceux qui viennent d'obtenir les nouvelles informations divulguées. .

III. La langue proposée

107.11 Programme de rapports sur la sécurité aérienne: Interdiction d'utiliser les rapports à des fins d'application de la loi. L'administrateur de la FAA n'utilisera pas les rapports soumis à la National Aeronautics and Space Administration dans le cadre du programme de rapports de sécurité aérienne (ou les informations qui en découlent) dans toute mesure d'application de la loi, à l'exception des informations concernant des accidents ou des infractions pénales qui sont totalement exclus du programme.

107.201 Emploi d'anciens employés ou sous-traitants de la FAA.

(a) Sauf comme spécifié au paragraphe (c) de la présente section, nul ne peut sciemment employer ou conclure un arrangement contractuel qui permet à un individu d'agir en tant qu'agent ou représentant de la personne dans toute affaire devant la Federal Aviation Administration si le particulier , au cours des 2 années précédentes—
(1)
(A) A été ou était directement responsable de la surveillance d'un
(i) inspecteur de la sécurité aérienne du Service des normes de vol; ou
(ii) Entrepreneur embauché par la Federal Aviation Administration pour fournir un soutien d'expert en la matière dans le cadre d'un contrat gouvernemental; et
(B) Avait la responsabilité d'inspecter ou d'évaluer, ou de superviser l'inspection ou l'évaluation de l'un des éléments suivants:
(i) les demandes de certificat de renonciation ou d'autorisation en vertu de la partie 107; ou
(ii) Pétitions d'exemption des dispositions de la partie 107.

(b) Aux fins du présent article, un particulier est considéré comme agissant à titre d'agent ou de représentant d'une personne dans une affaire soumise à l'agence si le particulier fait une communication écrite ou orale au nom de la personne à l'agence ( ou l'un de ses dirigeants ou employés) dans le cadre d'une affaire particulière, qu'elle impliquait ou non une partie spécifique et sans se soucier du fait que la personne a participé ou était responsable de l'affaire en particulier tout en servant en tant que service des normes de vol
inspecteur de la sécurité aérienne.

(c) Les dispositions de la présente section n'interdisent pas à une personne d'employer ou de conclure sciemment un arrangement contractuel permettant à une personne d'agir en qualité d'agent ou de représentant de la personne dans toute affaire soumise à la Federal Aviation Administration si la personne était employée par la personne avant le 1er janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *